Cheval agile

Protéines dans l’alimentation des chevaux

Le foin pour chevaux est généralement coupé après la floraison et est donc souvent pauvre en protéines. C’est souvent le cas chez nous en Suisse, où le « foin bio » est très largement produit et nourri. En pratique, il n’est pas rare qu’une teneur en protéines brutes inférieure à 5 % pour 1 kg de foin soit analysée. Cela peut entraîner des déficits dans l’approvisionnement, en fonction des composants alimentaires proposés au cheval en plus du foin. Chez le cheval adulte, un manque de protéines peut se manifester par une perte de poids, une musculature insuffisante ou une mauvaise qualité du poil et des sabots. Chez les juments gravides, une carence en protéines peut entraîner la perte du fœtus et est souvent la cause d’une production de lait insuffisante. Malheureusement, les protéines sont souvent encore classées comme dangereuse chez les propriétaires de chevaux et il y a une rumeur persistante qu’elles sont la cause de la fourbure, bien qu’il soit scientifiquement prouvé depuis plusieurs années que la fourbure est dans la plupart des cas déclenchée par une maladie du métabolisme du sucre et que donc les glucides rapidement disponibles sont la cause de la fourbure, pas les protéines ! Dans la pratique aujourd’hui, notamment dans l’alimentation hivernale ou chez les chevaux avec un faible pourcentage d’aliment concentré, il y a bien plus souvent un sous-apport qu’un sur-apport en protéines! Or, un apport insuffisant en protéines, en particulier en relation avec un apport insuffisant en acides aminés essentiels, peut restreindre l’ensemble du processus métabolique et perturber énormément la vitalité.

Mais pourquoi les protéines sont-elles si importantes ? Pour répondre à cette question, vous devez comprendre ce que sont les protéines et quelles tâches elles accomplissent dans l’organisme. Alors que sont les protéines ? Les protéines sont des nutriments essentiels qui sont composés d’acides aminés individuels. Les tâches les plus importantes des protéines sont les fonctions de soutien et de protection (les protéines sont des composants des os, du tissu conjonctif, de la peau, des crins, des sabots). De plus, les protéines remplissent des fonctions régulatrices (hormones) et catalytiques (enzymes) dans l’organisme et sont également importantes pour les défenses immunitaires de l’organisme et la contraction des muscles. Cela signifie que le cheval absorbe des protéines via l’alimentation, et que celles-ci sont ensuite décomposées dans le corps en acides aminés individuels et à partir desquels de « nouvelles » protéines corporelles sont reconstituées, en fonction de la tâche ou de la fonction que les protéines corporelles sont censées remplir. De ce fait, le corps peut produire lui-même certains acides aminés, mais pas les acides aminés dits essentiels, qu’il doit nécessairement absorber avec la nourriture. Et dans ce groupe, il y a des acides aminés essentiels particulièrement importants, appelés acides aminés limitants, sans lesquels aucune construction de protéines n’est possible. Si, par exemple, l’acide aminé essentiel limitant appelé lysine manque, le corps ne peut pas utiliser tous les autres acides aminés et la production de protéines spécifiques au corps ne fonctionne plus que dans une mesure limitée.

Comme déjà décrit ci-dessus, l’apport en protéines dépend de la ration totale, c’est-à-dire de quels composants sont donnés et en quelles quantités par jour. Cette composition de ration doit toujours être adaptée individuellement aux besoins de chaque cheval. Si les chevaux sont au pâturage pendant plusieurs heures en été et qu’il y a suffisamment d’herbe disponible, une carence en protéines est quasiment exclue. Sans pâturage, un apport protéique insuffisant touche principalement les chevaux de loisir avec une faible proportion d’aliments concentrés (estimation grossière : moins de 2 kg par jour), les chevaux intolérants aux céréales, lors de l’utilisation de céréales pauvres en protéines (maïs), les chevaux de sport et les chevaux reproducteurs ainsi que des races spéciales telles que les pur-sang et les quarter horse avec un besoin élevé en protéines. Certaines races, telles que les islandais, les irish cobs, les frisons, chevaux ibériques, entre autres, ont un besoin en protéines plus élevé également, car ils sont souvent pourvus d’une robe et des crins abondants. Or, les poils et les crins sont composés essentiellement de protéines.

Veuillez toujours garder à l’esprit que chaque effet dépend toujours de la quantité d’aliment utilisée. 100 ou 200 g de luzerne n’amélioreront pas significativement l’apport en protéines de la ration. Si, par exemple, vous ne nourrissez que de la luzerne comme support sans céréales en quantités de 200 à 300 g par jour, vous n’obtiendrez certainement pas un excès dangereux de protéines. Afin d’améliorer l’apport en protéines de façon significative, des quantités de 500 g à 1,5 kg par jour sont parfois nécessaires. Mais seul une analyse et un calcul de ration peuvent indiquer les quantités nécessaires, pour chaque cheval, en fonction de ses besoins.

Dans la boutique, vous trouverez une sélection de ces produits, tels que le Sapodoris Protein Mix ou le Sapodoris DerMino.

Chaque cheval est individuel et il faut donc toujours décider individuellement si les protéines sont un complément utile à la ration spéciale ou non.

Comments are closed.